• L'ADIL Du Doubs
  • LOCATAIRES PROPRIETAIRES
  • Rénover mon logement
  • L'observatoire du logement
  • le PDALHPD
  • Services en lignes

 

Depuis quelques temps, les opérations « isolation des combles à 1€ » fleurissent un peu partout en France. L’opération est tentante et bien rôdée. Explications sur son fonctionnement.

 

Comment ça se passe ?

Pour financer la fourniture et la pose de l’isolant, le dispositif se repose sur les subventions, et notamment le système des Certificats d’Économie d’Énergie. Celui-ci oblige les fournisseurs d’énergie à inciter leurs clients à réaliser des économies d’énergies, par exemple en versant des primes à l’acquisition d’une chaudière économe ou pour des travaux d’isolation.

L’astuce de l’opération « isolation des combles à 1€ » consiste donc à réduire au maximum tous les coûts de l’ensemble de la chaine d’acteurs (fournisseurs, distributeurs, artisans, ...) pour être financé quasi-intégralement par les primes.

Qui est éligible ?

A l’instar de l’opération « 5 ampoules LED gratuites », l’isolation des combles à 1€ est proposée aux ménages les plus modestes (par exemple, pour une famille de 4 personnes, le plafond de revenus est de 29.400€). Pour les autres ménages, une isolation à moitié prix peut être proposée.

Quel est le chantier proposé ?

Le chantier consiste à isoler le plancher des combles perdus grâce au soufflage de la laine minérale. Pour une surface de 100 m² à isoler, le temps moyen de chantier est de 3 heures. L’épaisseur de l’isolation sera d’environ 30 à 35 cm, offrant ainsi une résistance thermique de 7, ce qui correspond aux critères de qualité imposés par les pouvoirs publics pour le subventionnement d’un tel chantier.

Des dérapages possibles

Quels que soit les travaux envisagés, des précautions simples peuvent être prises au préalable pour s’éviter les déconvenues les plus courantes par la suite (rapidité ne rimant pas toujours avec qualité).

Tout d’abord, les combles ne devront pas être l’hôtel des courants d’air. L’isolant sera une laine minérale soufflée en vrac ; elle est donc fortement sujette à s’envoler rapidement si des courants d’air importants ont lieu dans les combles.

Par ailleurs, l’isolation en vrac est aussi sujette au tassement. Il faudra donc veiller à ce que le professionnel règle la densité de l’isolant sur au moins 30 à 35 kg/m3, faute de quoi vous risquez de voir « fondre » votre isolant au fil des mois après le chantier.

Enfin, pour être efficace, un isolant doit rester sec (est-ce que vous vous habilleriez avec un pull mouillé ?). Dans la quasi-totalité des cas, il faudra qu’un pare-vapeur (sorte de « papier kraft » souvent vendu avec les laines minérales en rouleau) soit installé sur le plancher, avant le soufflage de l’isolant (vous ne pourrez vous en passez que si le plancher des combles est constitué d’une dalle en béton). A défaut, l’isolant va progressivement se charger de l’humidité provenant de l’habitation et se détériorer rapidement.

Pour toute information :

Avant de signer toute proposition commerciale, demandez conseil auprès d’un conseiller en énergie de l’ADIL. Il s’agit d’un service public gratuit, neutre et indépendant ; profitez-en !